15/02/2011

Médiocrité

... Comme ces gens qui se croient autorisés à vous rejeter et croient avoir de bonnes raisons de le faire, quand en fait vous ne leur avez rien fait, se croient autorisés à vous faire la morale, par des sous-entendus, des petites phrases dégueulasses, des attitudes empreintes de méchanceté et de bassesse, alors qu'il ne savent strictement rien de vous et de votre vie. Ils fantasment, imaginent, et sont souvent à ce point à coté de la plaque que ça fait peur. Mais ils vous jugent, s'y croient autorisés, et croient mieux savoir... quelle misère... Ou alors ceux qui viennent vous faire une sorte de charité et on devrait s'en satisfaire et même les féliciter : hé bien ça c'est parfois pire que la solitude ou le rejet... On aimerait se dire plus détachés, mais non, ça fait mal...

 

Vous avez remarqué, vous aussi que souvent les gens qui ont des discours et se croient des modèles de vertus sont parfois les plus pervers, les plus aptes à vous servir de ces petites phrases bien dégueulasses et pleines de sous-entendu qui ne laissent même pas la possibilité de répondre ! Que de lâcheté ! Et on se croit supérieur ! Vous savez quoi ? Avec les gens comme ça, les pervers, les narcissisques il ne faut surtout pas montrer qu'ils vous ont fait du mal, car c'est alors qu'ils peuvent en jouir... Non, il ne faut pas montrer sa fragilité ni que cela vous touche, comme ça ils finissent pas se lasser.

Que la vie en société est compliquée, que les gens sont lâches, vivent toujours leurs fantasmes et leurs interprétations... Ca me semble tellement rare des gens lucides.. Ce ne sont pas toujours ceux qu'on croit ni ceux qui ont les plus beaux discours. Mais on préfère tout simplifier, on s'y complait... Surtout pas dire des choses trop nuancées au risque d'être taxé d'intello, avec l'effet que la moindre de vos parole soit tournée au ridicule, surtout ne pas trop penser non plus... Nooon, se complaire à se dire qu'on sait mieux, n'est-ce pas, qu'on est pas dupe, c'est tellement plus valorisant pour soi-même, je les entend d'ici vos ricanements d'auto-complaisance... 

 

 

07/11/2010

Assez

 

 

P1000032.jpg

 

 

 

Au cas où (?) des visiteurs de passage se demanderaient ce que devient l'auteur de ce blog, je leur répondrai qu'il en a assez de devoir à présent se censurer alors qu'il avait créé ça justement pour s'exprimer librement quand ce n'était pas possible ailleurs, qu'il est fatigué de passer auprès de certains qu'ils côtoient et le lisent pour quelqu'un de suspect (de quoi ?) voire qui les insulte, quand même il parle d'évènements passés dont ils n'ont pas connaissance et ne les concerne pas ! Comme, par exemple, quand je me plaignais récemment de gens qui me traitaient en inférieur, du genre de ceux qui éprouvent un besoin compulsif de rabaisser les autres... Certains, à voir les réactions, se sont sentis visés... fatigant.

Suspect au point que j'ai le sentiment que d'une certaine façon cela pourrait interférer sur ma vie professionnelle, ce que je trouverais bien injuste si tel est le cas...

Assez des "ça va ?", des regards qui voudraient me dire quelque chose sans que je le comprenne vraiment, fatigué de constater que certains ont l'air de vouloir tourner au ridicule des choses que j'ai voulu exprimer ici alors qu'ils n'ont même pas connaissance de ce que j'ai vécu, ou pire ne tentent même pas de comprendre vraiment, ironisant, simplifiant tout sans même savoir...

Fatigué aussi d'avoir parfois le sentiment d'être lu par d'autres, de vraies commères, avec le même genre de plaisir qu'on a à lire le genre de journal qu'on lit dans les toilettes, en cachette, pour y trouver des faits divers croustillants sur nos amis les peoples ou pouvoir s'indigner mode "dans quel monde vivons-nous, n'est-ce pas madame, mais où va-t-on, n'est-ce pas, où va-t-on je vous le demande etc... Et puis on se dit que de toute façon, ils sont tous pourris et que, nous si on était au pouvoir, on aurait, bien sur, la solution, etc... (je passe les propos bien réactionnaires, odieux et simplificateurs qui font peur...) Mais jamais, tenter de comprendre vraiment le monde qui nous entoure, s'informer vraiment, non, on préfère la facilité, d'autant plus si on est nombreux à répéter les mêmes conneries, on se rassure...

Tout cela sans doute parce que j'avais réagi vivement ici même à cause d'une bêtise, venant d'une personne qui probablement n'en pouvait plus de son travail et avait visiblement besoin d'un bouc émissaire tout désigné (j'ai l'habitude...), de se défouler... voir, si cela vous intéresse : http://le-grand-passage.skynetblogs.be/archive/2008/06/25/montee-de-misanthropie-passagere-ca-va-passer.html

Le sommet, c'est que, bien sûr il y en a eu certainement pour se dire "il n'y a pas de fumée sans feu",etc.

C'est quand même terrible qu'il suffise qu'untel écrive n'importe quoi pour que forcément il y en ait pour le croire et trouvent du coup que beaucoup de choses effectivement viennent le confirmer, que c'est certainement vrai, "puisqu'on le dit" Comme au moyen-âge il suffisait qu'un dise "c'est une sorcière !" pour que tout le monde le croie, trouve forcément des preuves, jusqu'à qu'on brûle la dite sorcière sur la place publique. Pourquoi ont-ils parfois besoin d'un bouc émissaire pour se défouler ? Bonne question...

 De vraies commères, des concierges comme je le disais... avec tout le respect que j'avais pour ma tante d'ailleurs, qui un temps a été concierge mais qui, elle, avait de l'amour et du respect pour les gens quels qu'ils soient.

A voir certaines réactions, je me serais cru des années en arrière quand j'étais à l'école et où j'entendais des bêtises telle que "un homme sans feu est un homme sans queue" "pédé sexuel" etc... Je n'invente rien ! Et où il fallait bien sur, apporter la preuve qu'on était un homme... Il y en a peut-être qui en sont resté là. Comme on voit comme il est important pour certains qu'on ait un permis de conduire par exemple ou d'autres détails idiots, on peut sincèrement se poser la question.

On peut aussi se demander pourquoi, d'ailleurs (contrairement en général, aux femmes) beaucoup d'hommes ont tant de problèmes avec l'homosexualité au point d'en avoir peur et d'être agressif. N'est-on pas autorisé à se demander, comme on l'entend régulièrement, si l'homophobie n'est pas souvent une part d'homosexualité refoulée avec laquelle certains ne sont pas en paix au point que cela les rende agressif ? Et qu'au contraire quand on est en paix avec soi-même, on a plus de respect et on ne fait pas tant d'histoire avec si peu ?

Le pire, peut-être, le plus fatigant, c'est qu'on pourrait passer pour homophobe à se défendre qu'on n'est pas homosexuel quand on vous a "accusé" de l'être, se disant, bien sûr, "qu'il y a une raison" ou encore qu'on pourrait croire qu'on l'est parce qu'on prend leur défense, si je me fais bien comprendre... Le fait est que j'aime les gens hors norme, que quelque part, cela me rassure, tout comme je me sens mal à l'aise auprès de ceux pour qui vous devriez être "comme ceci" et "comme cela" ("normal" quoi, notez les guillemets) pour qu'ils vous respectent et vous acceptent. Pitié... Que ceux qui aiment se complaire dans leur bêtise croient ce qu'ils veulent je m'en fous ! Que ceux qui y échappent ne se sentent pas visés ici !

Mais que parfois, que les gens sont lourds et c... Misère...

Un peu de respect ça fait tellement de bien...

 

 

Et puis, qu'est-ce que c'est que le courage, qu'est-ce que c'est qu'être un homme ?

Une chanson me vient à l'esprit, concernant ce qui nous occupe ici : le courage et "être un homme". Une chanson en avance sur son temps, et vraiment courageuse, l'air de rien... Une chanson sur la bêtise humaine... C'est même intelligent, car une chanson populaire a plus d'impact que tous les grands discours moralisateurs... Avez-vous seulement réellement prêté attention aux paroles ?


Charles Aznavour, Comme ils disent, 1972

 

 

Il y en a une autre de chanson populaire, beaucoup plus récente et traitant du même thème comme tant d'autres, peut-être l'aurez vous entendue sans le savoir... "Fuck You" de Lily Allen :

Voir les paroles en français ici : http://www.paroles-musique.com/traduction-Lily_Allen-Fuck_You_Lil-lyrics,t42985

 

 

 

Et, tant qu'on y est avec la chanson à texte, la belle chanson française, autant finir en beauté...

Comme je vous entends déjà "oui, mais ça, vraiment, tout le monde peut le faire" Sur ? La différence justement, c'est que lui il le fait... quel bonheur... Un vrai plaisir tout comme celui, certainement, de Lily Allen à dire fuck you (allez vous faire foutre...) à tous les c***...

 

Voilà que je voulais faire court, et me calmer... un peu raté. Peut-être à mon tour ai-je été lourd, voire incompréhensible.. Ferai mieux la prochaine fois... Avec des choses plus intéressantes j'espère. Probablement ne devrais-je pas non plus m'en faire à propos de réactions finalement minoritaires - mais je ne m'en fais pas tant que ça. N'empêche, c'est vraiment lourd...

Je voulais même arrêter ce blog définitivement, et puis je me suis dit que non, c'est dommage, car cela m'a été utile, et qu'on y trouve peut-être parfois des choses intéressantes en triant un peu, même s'il n'y en a plus beaucoup qui viennent me lire comme c'était le cas avant... Même que cela m'étonnait...

13/01/2010

La haine, le manque de respect

 

Est-il sensé d'en vouloir à celui qui vous a fait don de sa haine, vous a appris à vous penser victime, ne vous a pas appris à aimer les gens et qui, jusqu'à présent, ne vous respecte pas vraiment, comme il n'a jamais su le faire ? Que faire sachant qu'il donne le sentiment de ne pas se rendre compte qu'il vous manque de respect ? Il est à ce point irrationnel, toujours dans ces fantasmes...

Il y en a qui partent sur de mauvaises bases... On fait ce qu'on peut avec ce qu'on a, qu'est-ce que vous voulez. Le pire c'est que soi-même on a peur de devenir un être narcissique, froid et sans amour, alors qu'on en a souffert. Comme les efforts pour échapper à cela sont fatigants !

Désolé, lectrice, lecteur de passage de t'imposer ces propos un peu ésotériques... Mais peut-être trouveront-ils écho en toi, qui sait, je ne sais pas ce que tu as vécu !


Parfois je me dis que l'important n'est pas tellement d'avoir eu un père, une mère, etc. mais bien l'amour qu'on a eu, la façon dont on a été aimé, la sagesse qu'on vous a transmis, la vision du monde, des gens... (pas les discours) Mais aussi qu'on peut apprendre et grandir tout les jours.

14/12/2008

Terrible

 

Ne trouvez-vous pas terrible que ce soit parfois ceux qui ont connu le rejet, l'exclusion qui ont du mal à accepter les autres ?

Et que ce soit souvent ceux qui n'ont jamais connu beaucoup d'amour qui ont du mal à en donner ?

11:20 Écrit par Francis dans EN BREF | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : amour, exclusion, solitude, injustice, rejet |

08/09/2008

Politesse

Tout d'abord : merci, honorables visiteurs pour tous ces messages fort intéressants. Vous voyez, je fais un effort !

Je repensais à cette question que je me posais ici concernant la politesse et je me disais qu'au fond elle est un outil et que tout dépend évidemment de ce qu'on en fait, de l'intention qu'on y met.

Je constate autour de moi qu'il y a des gens chez qui la politesse est une marque de respect et de considération de l'autre, il me semble qu'en général on le sent, que cela n'a rien à voir avec l'amabilité intéressée d'un  vendeur ou d'un représentant de commerce.

Il y en a d'autres chez qui les manières sont terriblement narcissiques et démonstratives, qui ont l'air vouloir vous dire : regardez comme moi je suis bien éduqué, qui semblent continuellement se plaire à penser qu'on admire chez eux toutes ces belles qualités, qui sont toujours en démonstration, comme s'ils se regardaient dans un mirroir, et qui semblent avoir plus d'amour pour eux-même que pour les autres. Mais n'avons-nous pas tous un peu de cela ? Peut-être alors que l'important est de le savoir, car chez certains il semble que cela frise le délire.

J'en vois d'autres qui croient carrément vous faire la leçon et vous montrer comment il faudrait être à leur yeux pour bien vivre en société, il y a parfois des manières de dire "bonjour" ou "merci" qui rabaissent, un peu à la manière de celui qui a toujours eu la chance d'être bien habillé, d'en avoir les moyens, qui jauge celui qui n'a pas cette chance, qui ramène tout au superficiel et ne voit même pas toujours l'exlusion qu'il provoque.

Ou il y a même une manière de dire "merci !" dans certaines circonstances qui est moralisatrice ou autoritaire.

Enfin, peut-être que mon bavardage est bien inutile, que j'enfonce des portes ouvertes...

On est bien d'accord, il y a des mots et des façons d'être qui facilitent la vie en société, qui font que tout le monde puisse s'y sentir bien, le tout est de bien les utiliser, de l'intention, du respect qu'on y met, pour accueillir et  non pour rabaisser l'autre, tout est dans la manière... Encore que certains sont susceptibles, ont des tendances à l'interprétation, à se froisser pour des riens. Ce que nous sommes compliqués nous les humains !

Et maintenant je ne suis même pas sûr de m'être bien exprimé, ce que vous venez de lire, hé bien je ne suis pas certain que c'est cela que je voulais dire exactement ... Enfin... Disons que ça s'en approche !

22/08/2008

Grande solitude

Il existe un genre de misère avec laquelle vraiment j'ai du mal, qui montre je crois un manque de connaissance de soi et des autres, un manque de lucidité : elle consiste chez certaines personnes à toujours prendre les autres pour des imbéciles, à les rabaisser, souvent de bonne foi, s’en rendant à peine compte… car ils se pensent secrètement supérieurs, ou ne le pensent pas mais agissent comme tel dans leur inconscience, et dés lors tout dans leurs attitudes va dans ce sens, ce qui les rends insupportables ! Certains pratiquent continuellement l’ironie et le sous-entendu, se plaisant à penser que l’interlocuteur n’y voit rien, parce qu’il ne dit rien, et prennent ça pour une sorte de supériorité, ils ont l’air alors de se dire « hi, ne vois-tu pas comme je t’ai pris pour un con, comme je me suis bien payé ta tête… » Quelle misère, vraiment, et une grande solitude je crois, peut-être même une incompréhension du monde, ou un refus, ou encore une façon de se défendre ? Contre quoi ? Ce genre de personne participe souvent à l’exclusion et a tendance à créer des castes. Ils ont quelque chose de sauvage et d’inconscient. Si on a l’audace de leur reprocher leur travers (parce qu’on en a souffert) bien souvent ils vous récitent le même discours politiquement correct hypocrite que tout le monde répète, où l’on ne choque aucune minorité etc, ils vous feraient presque la morale. Comment dialoguer, dire ce qu’on pense dans ces conditions ?

C’est en tout cas comme cela avec certains que j’ai rencontrés.

Je crois que si j’ai eu beaucoup de mal avec cela, c’est qu’il y a quelqu’un comme ça qui m’est proche, que j’aimerais voir plus souvent, que j’ai espéré voir changer, dans ses attitudes (car ses discours, eux, sont différents).  Croit-il cacher sa misère de la sorte ? N’avons-nous pas chacun la nôtre ? Mais si on la montre trop, nous respecte-t-on, la société étant telle qu’elle est ? Pourquoi certains n’aiment-ils pas voir chez les autres une misère qu’ils ont en eux ? Se complaisent-ils à croire qu’on ne le voit pas ? Comme ceux qui considèrent les autres comme des parasites ou des dégénérés, est-ce vraiment une force, ça ? Se croient-ils des hommes comme cela ???

Si ce que j'écris ici est un peu lourd, voire casse-tête, veuillez m'en excuser ! Mais, après tout, rien ne vous a obligé à me lire ;  il y a des choses plus fraîches et légères ailleurs, je n'ai rien contre...



"On est jamais excusable d'être méchant, mais il y a quelque mérite à savoir qu'on l'est ; et le plus irréprochable des vices est de faire le mal par bêtise."

Charles Baudelaire


"Le propre de la médiocrité est de se croire supérieur"

François de la Rochefoucault



01/05/2008

Où donc le bonheur se trouve-t-il ?

SoeurEmma
Soeur Emmanuelle
Richesse de la pauvreté
 
 
J'ai trouvé récemment un peu par hasard ce livre chez un bouquiniste, je l'ai acheté car il me faisait penser à quelqu'un, et puis je l'ai commencé, je ne suis qu'au début, mais c'est passionnant, d'une justesse, d'une intelligence...
A l'origine de ce texte, une question simple, que je crois beaucoup de gens se posent :

"Pour moi, c'est tout un drame. En Europe et dans les pays riches, on n'arrive pas à jouir de la vie, alors que chez les plus pauvres, on est épanoui, et chaque minute apporte la simple joie d'exister. Je me trouve devant un abîme, un trou, profond, dont je ne vois pas la fin. Tout homme sur terre court après le bonheur, mais où le bonheur se trouve-t-il ?"
 
Pourquoi ne pas profiter de l'expérience (de toute une vie) que possède cette femme qui tente de répondre à cette question ? Une femme dont la révolte profonde et lucide a amené à l'action que l'on connaît ?
 
Je l'ai dit, je ne suis qu'au début de ce livre, mais je voudrais en donner un second extrait, qui me parle beaucoup, tellement j'ai souvent eu le même genre de pensée. Il s'agit d'une réflexion de Soeur Emmanuelle suite à une rencontre, un échange, fait d'amour et de respect, ce dont certains manquent tellement, avec une prostituée, Aïché :

"Car enfin, ne sommes-nous pas tous de pauvres types ? Bien sûr, préservée par mon environnement, je n'ai jamais roulé dans les bas-fonds. Mais le tissu, la trame de mon être sont-ils substantiellement différents ? (...) Tous, quelque part, nous sommes oppressés par notre propre misère qui nous tire vers le bas -à chacun la sienne ! Si tu savais, Aïché, combien tu es ma soeur en humanité ! Ton souvenir m'habite et m'aide à rester vraie, à échapper à la superficialité d'une supériorité illusoire" 
 

Il y en a combien, qui se croient tellement supérieurs qu'ils ne voient plus comment les autres voient la misère en eux ? "A chacun la sienne" comme il est dit fort justement. Je crois que commencer à accepter et connaître la misère en soi aide à accepter celle des autres, au lieu d'exclure et de mépriser. Probablement moi-même n'y ai-je pas toujours échappé ! Croit-on échapper à sa propre misère en méprisant celle des autres ? Sans doute le fait-on par peur ? Il y en a tellement qui souffrent de mépris et d'exclusion, plus que de pauvreté matérielle ! Quelle misère que de croire que d'injustes différences économiques font les hommes si différents les uns des autres ! Quel aveuglement, quelle hiérarchie ridicule ! Ne somme-nous pas beaucoup plus proches les uns des autres qu'on ne le croit ? Pas en théorie, mais vraiment ? Les hommes ne sont-ils pas tous des frêres ? Qu'il est parfois difficile de vivre avec ceux qui ne comprennent pas cela !

 
 

17/04/2008

Autoexclusion ?

 

solitude

 

 

 

 

N'existe-t-il pas des gens qui, ayant souffert du manque d'amour, d'affection, du rejet, de la solitude ont du mal à imaginer qu'on puisse les aimer vraiment, comme ils sont ? Qui alors s'excluent eux-même, parce qu'ils n'imaginent pas qu'autre chose puisse exister ?

Que faut-il faire avec les gens comme ça ?

19:11 Écrit par Francis dans LES AUTRES | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : amour, exclusion, solitude |

13/04/2008

Luxe et charité (2)

A force de réflexion, je me rend compte qu'il y a des choses qui à présent me semblent tellement évidentes et simples et qu'auparavant je ne comprennais pas en profondeur. Par exemple que la charité et la tolérance comme elles sont vécues par beaucoup, ce n'est pas de l'égalité* mais qu'au contraire cela participe bien souvent à l'exclusion, cela met à distance. Dans une société presque de castes comme la mienne, la Belgique, je trouve que c'est flagrant, et je n'aime pas ça du tout.

 

 

*Quand je parle d'égalité je devrais peut-être préciser "égalité en dignité et en droit" car bien sûr chez les femmes et les hommes c'est l'inégalité qui fait loi, personne n'est pareil.

08:29 Écrit par Francis dans EN BREF | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : charite, egalite, tolerance, exclusion |

20/03/2008

Comme ça...

 


Pensées du soir, comme elles sortent : s'il s'agit vraiment d'Amour, c'est toujours moral. Pourquoi cela ne le serait pas ? Pourquoi alors s'en priver ? On ne vit qu'une fois, n'est-ce pas ? J'aimerais tellement savoir si c'est partagé, ne fut-ce qu'un peu. Pourquoi ai-je toujours peur d'être rejeté, comme si c'était écrit sur mon front. Pourquoi ai-je si souvent le sentiment que je fais peur aux autres, qu'on ne m'aime pas, ou alors de loin, par charité, mais alors c'est pas ça de l'amour. C'est quoi l'amour ? On sait tellement ce que c'est mais on aurait du mal à l'expliquer vraiment... Et puis à quoi bon ? Que vaut la vie sans amour ?


 

"L'amour, c'est l'occasion unique de mûrir, de prendre forme, de devenir soi-même un monde, pour l'amour de l'être aimé." Rainer Maria Rilke

 
"Qui sans amour existe ?" Serge Gainsbourg

 

amoureux

22:27 Écrit par Francis dans BESOIN DE M'EXPRIMER | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : amour, exclusion, peur |

16/02/2008

Dialogue de sourds

Pourquoi ai-je souvent du mal à dialoguer vraiment avec des gens qui se complaisent sans cesse dans leurs mensonges, les fantasmes et la malhonnêteté intellectuelle ? Comme un dialogue de sourds, comme si nous étions sur deux planètes différentes ? Est-ce moi qui suis intolérant ? Ai-je tord de parfois avoir du mal à tolérer ceux qui participent à la violence du monde, à l'exclusion, mais n'en ont pas conscience, ou à peine, et qui sont les premiers à s'étonner de cette violence et cette exclusion ? Et qui me croient "en dehors de la réalité" parce que je parle peu ? Ai-je tord d'avoir du mal à tolérer ceux qui se croient autorisés à utiliser les autres comme moyens pour arriver à leurs fins ?
Mais est-ce parce que j'ai l'esprit critique que je suis mieux que les autres ? qu'en est-il de mon action ? Je voudrais faire plus que ça, et quelque chose d'efficace, mais quoi ?

28/11/2007

Egocentrisme

 

 

amour.thumbnail

 

Je ne sais pas si vous avez constaté, mais les gens qui ont

connu pendant longtemps la solitude, l'exclusion, le rejet sont

parfois terriblement égocentriques, agressifs et susceptibles.

Car, qui a pensé à eux sinon eux-mêmes? Un peu de patience

avec ces gens-là. Il faut parfois voir avec le coeur,

au-delà des apparences!

07:38 Écrit par Francis dans À MÉDITER | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : rejet, exclusion, amour, solitude, patience |

03/10/2007

Tous ces drapeaux belges!

drapeau_belgique

 
 
 
Tout de même, tous ces drapeaux belges, je ne sais pas pour vous, mais moi ça me fout les jetons. Si le patriotisme était une grande solidarité entre tous les habitants d'un même pays, sans aucune exclusion, je serais pour. Mais enfin, regardez un peu qui sont la plupart des gens qui mettent un drapeau à la fenêtre : ils semblent avoir une vision de leur société bien particulière, en gros un beau village bien propre avec une belle forêt à coté, de belles maisons avec à l'intérieur chaque fois une famille avec papa, maman et les enfants comme dans La petite maison dans la prairie. Donc tout les autres, par exemple les handicapés, les homosexuels, les belges issus de l'immigration, les étrangers pauvres, et tout les marginaux, "ceux que l'on rejette ou dont on a peur", n'ont pas la même place dans ce grand élan de  solidarité nationale, on les tolère, on leur ferait plutôt une charité condescendante, qui rabaisse, qui exclu et pérénise l'exclusion ou alors on les utilise... on a toujours besoin de main-d'oeuvre bon marché n'est-ce pas? Tous ces gens qui pourtant font partie à part entière de la société et depuis toujours, est-ce que beaucoup n'aimeraient pas qu'ils n'existent pas? Mais enfin, vu le passé chargé de l'Europe en la matière (on n'ose plus dire dégénérés), la plupart des gens ont un discours politiquement correct! Mais ils manquent d'amour, de respect et c'est là que l'exclusion fait mal... Vous croyez que j'exagère? J'ai pourtant des yeux pour voir...
Comprenez-moi, je n'écris pas cela par haine de la Belgique, je n'aime pas la violence et je souhaite que l'on règle les problèmes entre communautés linguistiques de la façon la plus honnète, pacifique et rationnelle qui soit, par la voie politique et suis le premier à reconnaître que la Belgique peut parfois être un pays de progrès social, mais je suis toujours étonné que chacun soit toujours dans son coin, son petit groupe, son quartier, sa petite communauté culturelle, religieuse, de statut social, etc...
Et pour en revenir à ces drapeaux, ceux qui les exhibent ne sont-ils pas ceux qui veulent le moins que la Belgique change parce qu'ils ont peur de perdre leurs privilèges? Ces privilégiés satisfaits sont-ils minoritaires ou sont-ils représentatifs de ce qu'est réellement la Belgique (et pas de ce qu'on voudrait qu'elle soit!)?
 
 

 
 
 
moutons-

Nous, hein ce qu'on en pense... du moment qu'on a son coin d'herbe à brouter et qu'on nous fout la paix, hein, c'qu'on en pense...

21:15 Écrit par Francis dans BESOIN DE M'EXPRIMER | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : belgique, drapeau belge, exclusion |

21/09/2007

Les mythomanes

Pourquoi tant de gens croient-ils si facilement les mythomanes ou les menteurs? Parce qu'en général ils sont séduisants? Parce qu'on préfère se complaire à croire un mensonge grossier énoncé avec aisance par quelqu'un de souriant plutôt qu'une réalité souvent plus complexe, énoncé par quelqu'un de sérieux? Parce qu'on refuse la profondeur? Parce que beaucoup de gens ont du mal à penser par eux-même, à douter de ce qu'on leur dit, par conformisme : si "tout le monde" pense que c'est vrai, forcément cela doit être vrai, ne cherchons pas plus loin... Et si tout le monde le fait, c'est que ça doit être bien... Cela me fait peur, le conformisme : surtout cette façon de considérer ce qui est "normal" et ce qui ne l'est pas, exclusivement en fonction du fait que cela existe en grand nombre ou pas, sans aucune considération morale ou rationelle, et avec l'exclusion, la peur voire même la haine qui vont avec! Et le pire, c'est que non seulement on a tendance à rejeter celui dont on a peur parce qu'il ne nous ressemble pas, mais en plus on a tendance à se complaire à croire qu'il peut être responsable de nos propres échecs ou de nos malheurs, et conformisme aidant, si l'on se complaît à plusieurs dans ce mensonge, on s'encouragera l'un l'autre à croire que c'est vrai... La solidarité dans la veulerie et la lacheté! Imaginez si c'est une nation entière qui se complaît à croire au même mensonge, leur très grand nombre n'enlèvera pas le fait que c'est un mensonge! Copernic avait bien raison tout seul... mais sans doute ne le considérait-on pas comme étant "normal"?

Alors, que faire? Apprendre à ouvrir les yeux ; commencer par accepter le monde tel qu'il est, dans sa complexité... et aimer du mieux qu'on peut, sans avoir peur...

Au fait... si le conformisme fait peur, l'anticonformisme gratuit qui se voudrait une vertu par le seul fait d'être anticonformiste est ridicule, non? Allez, assez pensé, je vais bientôt aller me coucher! Bonne nuit ; Bonne journée