17/04/2008

Autoexclusion ?

 

solitude

 

 

 

 

N'existe-t-il pas des gens qui, ayant souffert du manque d'amour, d'affection, du rejet, de la solitude ont du mal à imaginer qu'on puisse les aimer vraiment, comme ils sont ? Qui alors s'excluent eux-même, parce qu'ils n'imaginent pas qu'autre chose puisse exister ?

Que faut-il faire avec les gens comme ça ?

19:11 Écrit par Francis dans LES AUTRES | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : amour, exclusion, solitude |

28/03/2008

Les timides

 
  
 
 
shy

 
 
L'autre jour, je parlais ici de timidité, et par la suite je me suis fait la réflexion, ben voilà une chose dont on parle finalement assez peu et pourtant voilà un sujet réellement intéressant !
Par exemple, n'avez-vous jamais remarqué que c'est une chose pour laquelle on a très rarement du respect, et qu'en plus parfois les timides ou les anciens timides sont particulièrement méchants voire odieux entre eux ? En tout cas il me semble évident  que c'est une chose que l'on respecte chez les autres d'autant mieux qu'on l'accepte chez soi, que l'on s'aime soi-même. Cela dépend aussi de la conscience que l'on a de soi-même, car il s'agit d'abord de se voir tel qu'on est ! S'aimer et s'accepter soi-même est un premier pas pour grandir et s'améliorer !
Mais pourquoi, bien souvent, les gens sont-ils si méchants avec les timides ? Parce que c'est contagieux ! Parce que beaucoup, quand ils voient quelqu'un mal à l'aise, embarassé, qui s'exprime avec difficulté, ont peur, sentent une angoisse qui manquent de leur faire à leur tour perdre leurs moyens. Et comme beaucoup n'aiment pas du tout montrer cette image-là d'eux-même, pour échapper à cela, la lâcheté aidant, la majorité suivant sa pente, ils préfèrent dominer, mépriser, ironiser, parler plus fort, etc... Et même, parfois se défouler copieusement et faire mal gratuitement, parfois consciement, parfois pas.  Pourquoi ? N'est-ce pas entre autres un problème culturel ? Dans beaucoup de sociétés la timidité n'est-elle pas considérée comme une tare, quelque chose de honteux, voire un retard, quand le dominateur, celui qui vit toujours à l'extérieur de lui-même, toujours en démonstration, qui marche sur la tête des autres, qui "réussit " est valorisé ?
Et pourtant, même si c'est une souffrance qui peut proprement pourrir la vie quotidienne, elle peut être à l'origine, chez certains, d'une existence peu ordinaire, comme si c'était un moteur poussant à toujours se dépasser, et en même temps la cause d'une vie intérieure qui peut être plus riche et vertueuse que la moyenne. Par ailleurs le fait d'être introverti et sensible amène parfois à voir le monde, l'extérieur avec plus de lucidité, parce qu'on voit mieux les choses quand on est en retrait. Un exemple célèbre ? Gandhi a été pendant longtemps très timide... Et il avait un regard très lucide sur le monde, en plus d'un amour de la vérité.
Bien, ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit ! Je ne veux pas dire qu'il s'agirait d'une sorte de supériorité, mais bien d'une particularité du caractére qui peut amener souvent bien malgré soi, à ces qualités de vie intérieure, de vertu et de lucidité. Mais, bien sûr, pas obligatoirement, et c'est avant tout une souffrance. Mais regardez l'action de Gandhi : des méthodes de timide, silencieuses, à l'opposé du despote autoritaire qui s'agite, hurle, et écrase tout sur son passage parce qu'il croit avoir toujours raison...
 
Et si l'on apprenait à aimer avant de croire que l'on sait ?
 
Pour continuer la réflexion, voici quelques citations très intéressantes que j'ai trouvé :
 
 
"Rien n'est plus arrogant qu'un timide qui a vaincu sa timidité" Toni Ungerer
 
"La timidité, source inépuisable de malheurs dans la vie pratique, est la cause directe, voire unique de toute richesse intérieure" Emil Michel Cioran
 
"Et puis, chose bizarre, le premier symptôme de l'amour vrai chez un jeune homme, c'est la timidité, chez une jeune fille, c'est la hardiesse" Victor Hugo
 
 
Ah, Victor Hugo, il avait l'oeil tout de même ; on pourrait dire la même chose des moins jeunes par ailleurs ! 
 
 
charlotte


23/03/2008

Marilyn Monroe

marilyn_monroe
 
 
 
Voici une personnalité qui m'a toujours intrigué. Voilà une femme très belle, mais qui disait d'elle qu'on ne lui avait jamais appris, quand elle était petite, à être heureuse. J'ai le sentiment que, très tôt, elle s'est sentie rejetée, pas à sa place et toute sa vie cela l'a poursuivi. Tellement peur d'être rejetée qu'elle a toujours tout fait pour que tout le monde l'aime, comme si elle n'en avait jamais assez, de l'amour, elle faisait toujours tout pour faire plaisir à tout le monde, la peur de mal faire lui faisait réaliser tout ce qu'elle entreprenait le mieux possible, elle vivait pour les autres, comme enfermée à la surface d'elle-même, prisonnière de l'image qu'elle voulait donner d'elle. Et les autres n'imaginaient sans doute même pas la tristesse qu'elle avait en elle, qu'elle était malheureuse...
Bien sûr, c'est comme ça que je le sens, je peux me tromper : je ne l'ai pas connue, et même si je l'avais connue, je n'aurais pas été à sa place. Elle avait sans doute une personnalité plus complexe que l'image qu'on avait d'elle. Je ne sais que ce que j'ai pu lire, voir et entendre à son sujet.
 
Tellement de gens aimaient cette femme, encore maintenant il y a quelque chose qui touche les gens, ce n'est pas par hasard. Ce n'est pas seulement une histoire de mythe ou d'image, il y a autre chose je crois. Sa vie tragique n'encourage-t-elle pas à gratter le vernis des apparences de ce que l'on voit chez les autres ?

22:31 Écrit par Francis dans LES AUTRES | Lien permanent | Commentaires (20) | Tags : marilyn monroe, rejet, amour, tristesse, apparence |

16/02/2008

Rencontre

 
Rousseau
Henry Rousseau, un soir de carnaval
 
 
 
 
 
 
Ne vous est-il jamais arrivés de faire de belles rencontres, de vous retrouver face à un(e) autre et vous dire que vous vous comprennez naturellement, de sentir chez cette personne de l'amour et du respect sans même qu'il ne soit nécessaire de  le dire ? C'est tellement rare, cela fait tellement de bien ce genre de rencontre, cela rend la vie si belle, tant les relations humaines peuvent être par ailleurs tendues et compliquées. Quel bonheur de pouvoir se laisser aller à être soi face à cet autre qu'on sent si proche. Il y a des choses que l'on sent comme cela, au-delà des apparences et des paroles. N'est-il pas reposant de penser à quelqu'un qui vous accepte tel que vous êtes, avec qui vous avez le sentiment d'être compris ?
Même les silences en sa présence prendraient sens, sans gène ni lourdeur.
Que vaudrait la vie sans pareil mystère ?
 
 
 
 
 
"Dans la vie, il est des rencontres stimulantes qui nous incitent à donner le meilleur de nous-même, il est aussi des rencontres qui nous minent et qui peuvent finir par nous briser " Marie-France Hirigoyen
 
"On ne peut pas dire pourquoi. La raison de l'amour, c'est l'amour. La raison de l'amour c'est qu'on aime." Vladimir Jankélévitch 

22:58 Écrit par Francis dans LES AUTRES | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : amour, rencontre, respect, mystere, bonheur |