14/08/2010

Etre un autre pour vous plaire

Vous n'avez jamais eu ce sentiment qu'il faudrait presque que vous soyiez un autre pour que les autres vous acceptent ?

Pourquoi faire ? Pourquoi cette comédie ? Pour faire plaisir à qui ? Et surtout, quand on ne fait de mal à personne.

Jusqu'à perdre son âme ?

Jamais. Vous m'entendez : jamais. Ce que pensent les autres : zéro. Et merde.

20:04 Écrit par Francis dans EN BREF | Lien permanent | Commentaires (2) |

29/12/2009

Ça m'échappe

Il y a des choses comme ça, qui relèvent à la fois d'une sorte de logique mécanique tout en apparaissant tellement irrationelles et arbitraires.

Par exemple le fait que l'argent attire l'argent, quand on commence à en avoir, cela permet d'en gagner encore plus et même cela autorise à réaliser plus facilement des économies.

Ou encore la solitude... qui attire la solitude : quelqu'un qui n'a aucun ami aura d'autant plus de mal à s'en faire de nouveaux, quand celui qui est très entouré multipliera les rencontres, attirera les gens, alors que le solitaire sera peut-être considéré comme suspect ou comme une sorte de boulet.

Quelque part cela me dépasse ; on se dit que c'est injuste, que les choses sont mals faites, en même temps qu'on en comprend la mécanique...


13:21 Écrit par Francis dans EN BREF | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : solitude, injustice, logique, argent, irrationel |

27/12/2009

Second degré ,

Dites-moi, vous n'en avez jamais assez du vintage et du genre de second degré qu'on nous sert maintenant depuis des années ? Comme si à présent on ne savait plus s'amuser vraiment, quon ne savait plus rire mais seulement ricanner ou faire semblant, mais tout de même qu'on aimerait bien, qu'on aimerait retouver cette capacité à s'amuser vraiment, avec cette sorte de naïveté et d'inconscience...

Qu'est-ce qui se passe ? C'est la faute de la crise ?

18:53 Écrit par Francis dans EN BREF | Lien permanent | Commentaires (0) |

23/12/2009

Rien au sérieux

 

Ça ne vous est jamais arrivé de ne plus être capable de prendre quoi que ce soit au sérieux ? De trouver que tout ce qui vous entoure était dénué de sens, absurde ?

Est-ce un signe d'une légère dépression saisonnière, ou du moins une sorte de lassitude, ou alors une forme de détachement, de sagesse ? Parce que je ne me sens pas non plus malheureux vais-je dire.

Docteur ?

00:36 Écrit par Francis dans EN BREF | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : detachement, absurde, lassitude |

22/03/2009

Quoi ?

Il aurait fallu que je me laisse faire ? A me laisser rabaisser et mépriser par cet individu ? Parce qu'il considèrerait que lui aurait toujours de plus justes raisons de le faire ? Et même, qu'il y aurait des vérités supérieures qui le placerait au-dessus des lois ? Il n'est pas le seul à avoir souffert. Paranoïa ? Ce serait évidemment très confortable d'expliquer tout cela comme cela !

Avez-vous remarqué le petit sourire de ceux qui sont persuadés de savoir des vérités supérieures ou cachées, le petit sourire des gens d'extrême-droite ou des intégristes religieux ? Vous savez, de ceux qui croient qu'il y aurait des complots contre eux... Ca fait froid dans le dos. Que serait le monde si tout le monde était comme ça ?

Il y a des jours je me dis que tout le monde est victime de la société (en plus de ses névroses personnelles), peu importe  d'où on vient, et que l'erreur est de considérer la société comme extérieure à soi, de la juger de loin et de se croire meilleur, alors qu'on en fait tous partie et que tous nous avons une part de responsabilité...

Et que faut-il faire avec les manipulateurs qui n'ont pas conscience de ce qu'ils font ? Avec les mythomanes qui ne s'en rendent pas compte ? Partir ?


Et quand on vous tient un discours moral, n'est-il pas naturel de rétorquer sur le même registre, éventuellement avec plus de profondeur ? Autrement c'est de la démagogie, non ?

 

Désolé, pour ceux qui passent par ici, si ce que j'écris n'est pas très clair, ça ira mieux demain...

20/03/2009

Tous victimes ?

Parfois je me dit que d'une certaine façon la plupart d'entre nous sommes victimes de la société, quelque soit le milieu d'où l'on vient, et que l'erreur est de voir le monde comme extérieur à soi alors qu'on en fait tous partie...

 

12:45 Écrit par Francis dans EN BREF | Lien permanent | Commentaires (0) |

Quelle est cette maladie ?

Au fond, quelqu'un qui ne voit jamais quand il est importun, qui semble se nourrir de la haine qu'il provoque, du ressentiment et de l'agressivité que lui procure cette haine qu'il provoque, comme s'il en avait besoin ; qui de plus est mythomane et possède des tendances au masochisme et au sadisme (pas au sens sexuel)... Comment nomme-t-on cette sorte de maladie ? Si l'on tente de se défendre, on le nourrit. Et il ne paraît pas prêt de s'arrêter car cela semble lui réussir. Et si, en plus, toujours il semble se voir comme un ange, et un martyre à la fois ?

Je simplifie ? C'est plus complexe que cela ? Sûrement suis-je  prétentieux.

Comment appelle-t-on cela, dites moi ? J'aimerais être plus précis, des exemples à l'appui, mais ce n'est pas évident... Et puis, est-ce une maladie ou un type de personnalité ?

12:39 Écrit par Francis dans EN BREF | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : maladie, haine, sadisme, mythomanie, masochisme |

14/12/2008

Terrible

 

Ne trouvez-vous pas terrible que ce soit parfois ceux qui ont connu le rejet, l'exclusion qui ont du mal à accepter les autres ?

Et que ce soit souvent ceux qui n'ont jamais connu beaucoup d'amour qui ont du mal à en donner ?

11:20 Écrit par Francis dans EN BREF | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : amour, exclusion, solitude, injustice, rejet |

06/12/2008

Mégalomaniaques

jnan6l

Il y a un genre de bêtise, ou de folie, je ne sais pas au juste, qui pousse certains à toujours se croire supérieurs. Fatigant ! Une conversation normale est impossible ! Il faudrait toujours se mettre à ce qu'ils ont l'air de considérer comme "leur niveau" ! Et toujours ils sont concescendants, à vous rabaisser, vous expliquer, sans même le savoir, avec leur vision délirante d'eux-même et des autres.

Et quand on considère la misère que cela cache bien souvent, on se dit : mais quelle bêtise alors de se croire de la sorte toujours au-dessus des autres ! N'avons-nous pas chacun notre  misère ? En avoir honte n'empèche-t-il pas d'avancer ? Et cela ne pousse-t-il pas à mépriser les autres, toujours à voir en eux ce qu'ils croient qu'on ne voit pas chez eux-même ?

Mais quel bonheur de dialoguer avec quelqu'un débarassé de ses complexes, qui n'a pas honte ni peur de lui et ni des autres, capable de parler à n'importe qui sans devoir rabaisser, flatter, ironiser, être snob, ou que sais-je encore.

Que c'est triste cette vision de la société en strates, en castes et en niveau...

Comme si tout était si simple...

29/09/2008

Apparence

Robert C. Wiles

Il y a des jours je me dis que chez certains, tout ce qu'il leur reste dans leur désespoir, c'est de soigner leur corps. Alors, dans nos pays si portés sur l'apparence, quand on considère une personne bien soignée et bien habillée, on a tendance à se dire : "hé bien voilà une personne qui m'a l'air épanouie et sans problème !". J'ai même le sentiment que certains auraient du mal à concevoir qu'une personne au physique attrayant puisse être vraiment malheureuse. Et aussi, d'ailleurs, qu'une personne au visage attrayant puisse vraiment avoir des qualités intellectuelles par exemple. J'ai même parfois le sentiment que la tête qu'on a, à cause de rôles sociaux préétablis, peut nous prédestiner, ainsi que le nom qu'on porte ou les manières qu'on a. Il n'y a pas quelque chose d'absurde ?

 

Je voulais encore remercier pour tout les commentaires que j'ai reçu, j'aimais bien y répondre, mais je ne suis plus très présent ici...

14:06 Écrit par Francis dans EN BREF | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : apparences |