11/08/2011

Merde (2) ^^

Tant qu'à faire dans la caricature, s'il y a la droite populiste qui braille, vous avez aussi le socialiste wallon paternaliste et condescendant, hein, on lui a dit qu'on avait besoin, d'être traité comme un gosse ??? Avec bienveillance, certes mais bon...

 

On a le droit de le dire, ça ????

 

Et quelle est exactement la différence entre le socialiste (wallon ou pas ^^) paternaliste et l'aristocrate de doit divin (ou au moins ayant hérité de ça), et ses pauvres, tout aussi bienveillant et paternaliste, tout autant occupé à vous tirer les oreilles et vous faire la leçon, se croyant toujours autorisé à le faire, tellement convaincu de sa supériorité morale et congénitale ???? Et du bienfait de sa charité chrétienne (pff) ?

Ténue, la différence, non ??? D'ordre financier, peut-être ? Et ça, on a le droit de le dire ? Pas vraiment ???

 

Il existe, d'ailleurs, des socialistes wallons qui logent dans des châteaux dont ils sont propriétaires... Cherchez l'erreur 

 

C'est l'avantage, quand on a plus rien à perdre et qu'on en a ras-le-bol, on a envie de dire ce qu'on pense... Marre aussi de passer pour un sale type... Il faudrait donc que je devienne un parfait hypocrite, et puis un vrai mouton, et puis je lêcherais le derrière à tout le monde et je dirais oui à tout, tout le monde serait content... Non, dans la vraie vie on ne peut pas dire ce qu'on pense, on passe pour un fou ou un sale type, il faudrait être un vrai beauf comme tout le monde et puis ça irait mieux...

 

La vie est une vraie comédie, il y a des jours comme ça, on ne prend rien au sérieux, surtout pas moi-même... un vrai pitre...

09:51 Écrit par Francis dans CARICATURE | Lien permanent | Commentaires (3) |

07/11/2009

Les aventuriers de l'an 2000

salomon_quest_4d_orange_h

Vous n'en connaissez pas, de ces gens qui, animés de préoccupations écologiques , vont s'installer à la campagne ? Vous imaginez les populations de Tokyo, New-york et Mexico City et autres mégalopoles à la campagne ? Le désastre ?

De ceux qui parcourent le monde à la recherche des derniers endroits sauvages et puis seraient capables de vous dire comment vous devriez vivre en accord avec leur "éthique" écologiste ? Pour que l'on continue à préserver "leurs" endroits de nature, un peu comme avant Mr le baron et sa réserve de chasse ?

Ou de ceux qui critiquent le monde et "la société de consommation" et qui m'étonnent toujours, quand ils veulent quelque chose, d'être les meilleurs clients de ce que l'industrie produit de mieux, qui veulent le meilleur, que ce soit un appareil photo, une chaine hi-fi de très haut de gamme ou de cette panoplie de coûteux vêtements d'aventuriers modernes dont certains, étonnamment, se revêtent toute l'année ?

Hein, vous n'en avez jamais vu, de ces gens qui portent toute l'année un genre de version contemporaine du vêtement colonial ? Qu'est-ce que cela signifie ? Qu'ils se voient comme ne faisant pas partie du monde qui les entoure ? Ou alors qu'ils sont toujours en mouvement, pour fuir leur propres angoisses, cherchant à y échapper par l'exaltation que leur procure les voyages et le dépaysement ? A quoi veulent-ils échapper ? Que cherchent-ils ?

12:23 Écrit par Francis dans CARICATURE | Lien permanent | Commentaires (0) |

29/10/2008

La gauche, la droite

pyramide

 

Je ne sais vous, mais moi j'adore ce genre de caricature, celle-là date de 1901, c'est à dire le tout début du 20e siècle ! Les plus perspicaces d'entre vous auront reconnu évidemment notre bon roi Léopold II. Alors, je me dis, mais je peux me tromper, que la situation, à défaut d'être plus simple à l'époque, était au moins plus lisible, compréhensible : on voyait tout de suite qui étaient les oppresseurs et les opprimés ; la droite proche du pouvoir, des oisifs qui profitaient des autres, des privilégiés réactionnaires qui avaient intérêt à ce que rien ne change et les désespérés qui semblaient avoir tout à gagner d'un changement radical. C'était aussi l'époque où l'on croyait à de grandes et généreuses utopies. En quoi les gens mettent-ils leurs espoirs à présent ?

Et maintenant ? Qui est de gauche et de droite ? Les "bourgeois" d'avant sont maintenant bien souvent super cool/sympa, rock'n'roll et tout, avec un discours politiquement correct, toujours le même : ils ont réponse à tout !  Et les salauds, ce sont toujours les autres ! Et bien souvent, ironiques, cyniques et ricaneurs, se croyant revenus de tout : on ne la leur fait pas ! Au point que bien souvent les gens du monde du travail, les travailleurs de base, paraissent plus à droite. Bien sûr il y a aussi des ouvriers que la haine et le ressentiment fait voter à l'extrême-droite, qui se trompent de cible... c'est un autre problème. Et j'en ai connu également, se disant "d'extrême gauche" dont on sentait que c'était l'envie et la haine qui les menaient, tant on voyait par leur goûts qu'ils se seraient bien vus, eux aussi, de grands seigneurs sur leurs terres et accéder plus à l'internationale du pognon qu'à celle des socialistes...

Ce que je viens de dire peut paraître confus : y'a des jours, je m'y perds ! Il y a quand même des constantes : très souvent ce sont les plus riches qui font des discours (même "de gauche") et donnent de bons conseils, tout aussi souvent que la plupart d'entre nous vote pour plus riche que lui. Bien, on va me dire que l'argent ne fait pas le bonheur, je le sais, mais il facilite beaucoup de choses dans la vie, il faut ne pas en avoir pour s'en rendre compte, et, jusqu'à présent, en moyenne, plus on est pauvre, ou plus on est un travailleur pauvre, moins longtemps on vit, ça c'est clair, ce n'est pas moi qui l'invente !

 

Il y a deux citations que j'aime vraiment beaucoup, qui illustrent un peu mon propos il me semble, ou qui au moins prolongent la réflexion :


"On a voulu, à tord, faire de la bourgeoisie une classe. la bourgeoisie est tout simplement la portion contentée du peuple." Victor Hugo

"On pense aujourd'hui à la révolution, non comme à une solution des problèmes posés par l'actualité, mais comme à un miracle dispensant de résoudre les problèmes." Simone Weil, dans les années trente.

18:06 Écrit par Francis dans CARICATURE | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : politique, gauche, droite |

23/04/2008

Ma révérence

 

liberte-prison

 

 

Je vous laisse.

 

Votre schnaps et vos vacances à ski

Votre montagne aux villages proprets sans rien qui fait tache

Votre alpinisme de l'inutile et vos trekkings en avion polluant, vos accoutrements d'aventuriers postcoloniaux

Votre tyrolienne, vos coucous, vos lodens verts et votre scoutisme

Votre orient fantasmé sauce tibétaine

Vos arrogantes voitures allemandes et vos courses automobiles de l'inutile

Vos petits pouvoirs et privilèges, vos noblions, vos Marie-Chantal

Vos bassesses, vos courbettes, vos perfidies, vos mesquineries, vos petits sourires

Votre philosophie à l'eau de rose, votre « pensée positive » votre coaching

Vos chienschiens à son maîmaître  vos canaris vos ballotins de pralines

Vos balayages à 150 euros et votre grand-père qu'était au Congo

 Votre qualité et vos exigences

Vos vins bourgeois, votre foie gras, vos golfs et vos traditions

Votre bienpensance, votre politiquement correct, votre charité et vos bons conseils

Vos vies à suivre en lignes pré tracées, communion, mariage, famille, relations, travail, pognon, maison

Et même si vous voulez, vos curés, vos bonnes sœurs, votre Bavière et ses salutations passées à la romaine

 

Je vous les laisse !

 

 
 
 
 
"Voyez, voyez la machin' tourner,
Voyez, voyez la cervell' sauter,
Voyez, voyez les Rentiers trembler;
(Choeur) : Hourra, cornes-au-cul, vive le Père Ubu !"

 (Alfred Jarry, in Ubu cocu, La chanson du décervelage, 1896)

 

 

29/11/2007

Eloge des gens simples

 
ensor4

James Ensor 
 
 
 
Etre désinterressé,
Mais tout de même par calcul
 
Bienveillant, charitable,
Par amour pour soi-même et les belles vertus
Qu'on se plaît à penser que les autres voient en soi
 
Un grand sourire,
Mais faux, comme pour dire
Regarde comme moi je suis gentil
 
Séduire
Pour utiliser
 
Faire de son corps
Un objet
Pour parvenir à ces fins
Manipuler, calculer
 
S'intéresser aux autres,
Condescendant, 
"Regarde comme moi je m'intéresse à toi"
 
S'intéresser à la culture
Parce qu'on sait se la payer
Pour se plaîre à dire de soi
Qu'on est au-dessus des autres
 
S'imaginer supérieur
Quant on est seulement privilégié
 
Vivre dans un monde d'apparences,
De fantasmes et de faux-semblants
De ricanements et de flatteries intéressées
Se dire que c'est ça la réalité
"Parce que tout le monde est comme ça"
Se dire alors que c'est bien
Enfin peut-être
On ne sait plus
 
Savoir que l'on crée l'envie, la jalousie,
En jouir
 
Et quand on rit
On ne rit pas
On ricane
Ou on ironise sur les misères des autres 
 
Et quand on sourrit
C'est une grimace
 
Quand on fait de si beaux mensonges,
Avec un si beau sourire,
On semble encore plus vrai que vrai
On devrait faire du théâtre
 
Quand on ment, on se plaît à croire
Que les autres y croient,
Parce qu'ils ne disent rien
 
Comme disait Jacques Brel
"Que chez ces gens-là", on ne vit pas, monsieur, on triche
...on ne cause pas, monsieur, on compte...
 
Peut-on être heureux quand on sait la haine qu'on provoque?
Peut-on jouir vraiment au dépend des autres?

 
J'en ai assez des grimaces
Des ricaneurs
Et des faux-semblants
 
 
 
Je cherche encore des femmes et des hommes vrais,
Simples à aimer.
 
 

10/10/2007

Raciste, moi?

tintin au congo
 
 
Raciste, moi? Enfin, regardez ma bibliothèque : entre ma collection de Tintin en première édition (une fortune!), et mes bouquins d'ornithologie, j'ai de forts beaux livres sur les touaregs du Niger du Sud-ouest, les Wollofs du Sénégal inférieur et les pygmées des grandes forêts d'afrique centrale pour lesquels j'ai un intérêt tout particulier, comme pour l'entomologie par ailleurs et je vous passe ma collection de livres de photos de femmes à poil et de bandes dessinées adultes avec rien que des femmes à poil. Et quand j'étais plus jeune j'ai beaucoup milité pour la paix dans le monde : je portais des t-shirts peace and love et j'écoutais John Lennon qui lui aussi a beaucoup fait pour la paix, comme peindre des Rolls-Royce dans toutes les couleurs de l'arc en ciel (vraiment trop cooooool), porter les même lunettes que Gandhi, et gagner beaucoup des sousous en écoutant pousser ses cheveux avec Yoko dans son grand lit en parlant aux journalistes que c'était vraiment trop cool, ouais. Katmandou! Katmandou! Hou hou Katmandou. Ravi Shankar! Ouais Ravi Shankar! A bas la guerre. Oui à la paix. Allez, je vais sur ces bonnes paroles aller tambouriner mon Djembé dans ma cave...
 
 
Là, c'est sûr, j'vais pas me faire des amis (se moquer de John Lennon, quand même!). Mais, tout de même, vous ne trouvez pas étrange cette façon qu'on les Européens de s'approprier des éléments de la culture des autres, mais sans  respect, sans profondeur, pour ne garder que l'aspect extérieur des choses, et n'obtenir qu'une sorte d'exotisme distrayant et facile? Je devrais creuser la question, tiens!