27/07/2009

L'abrutissement

 

 

 

Tout d'abord merci aux gens de passages qui m'ont laissé un message, j'ai lu avec intérêt, ainsi qu'aux autres,  je n'étais plus très présent ici...

Je viens de lire un commentaire de Stéphane Mallarmé concernant ses débuts dans la vie professionnelle "premier pas dans l'abrutissement", selon lui. Bien, je ne me prend pas pour un grand poète, mais je dois constater que depuis que j'ai commencé à travailler, je sens la même chose, j'ai moins d'activités créatives, culturelles etc. Ca me fait mal et ça me manque, j'essaye petit à petit de retrouver cela.

Je suis souvent choqué par les gens qui se pensent au-dessus des contingences matérielles, qui laissent cela à d'autres, comme s'ils avaient besoins d'esclaves pour leurs besoins essentiels, se nourrir, se loger etc. Comme si leur culture, leur goût (ou soi-disant) qu'ils pensent au-dessus du reste justifiait ce mépris pour le monde du travail. Comme s'ils avaient des préoccupations forcément plus élevées !

Mais je me dis aussi que, souvent, le monde du travail est effectivement abrutissant !

A-t-on le droit d'aimer l'art, la littérature par exemple, dans certains milieux ? J'ai entendu un jour une phrase de ce style :"on n'a pas à aimer l'art à l'usine !" je ne suis pas sur des termes exacts, j'aimerais savoir qui en est l'auteur... Pourquoi l'art ou la culture sont-ils si méprisables pour certains ? Parce qu'ils y voient des valeurs ou des préoccupations bourgeoises, c'est à dire appartenant à ceux qui les exploitent, dans la grande traditions des oisifs qui profitent des autres et se croient supérieurs ??? Certains vont peut-être dire que c'est dépassé ce genre de discours. Ah oui ?

Est-ce si simple ?

Et puis, Mallarmé ou un autre de ces poètes que j'aime aurait-il pu faire la même chose s'il avait du travailler dans une usine jeune et ensuite toute sa vie ou presque ? N'a-t-on pas besoin de ce qu'il a créé ? Pour beaucoup, peut-être non ? Suis-je un bourgeois si j'aime ça ? Question idiote ?

J'aimerais approfondir ce sujet, tant je me pose souvent ces questions... mais j'ai peur de livrer un texte trop indigeste aux quelques égarés qui auront la patience de venir me lire...

J'ai tellement de regrets aussi... J'ai suivi longtemps des cours du soir dans des écoles d'art, par passion... J'ai même reçu un prix, pour des photographies (oui, bon, le "prix du bourgemestre", ça vaut ce que ça vaut mais quand même...) Cela me manque tout ça. Même cotoyer des gens qui partagent les mêmes centres d'intérêt ça me manque...  Pas des snobs ou des mondains, des gens superficiels mais des artistes, des gens créatifs... Mais pas dans le sens de ce qu'on apelle "les créatifs" dans une agence de pub, cela ça aurait tendance à me faire fuir...

Je ne sais qui tu es toi qui vient lire ici les doléances d'un inconnu. Ou peut-être me connais-tu ? Quoiqu'il en soit, désolé si mes plaintes sont ennuyeuses... Je ne sais pas si c'est très intéressant. Merci, tout de même, de m'avoir lu jusqu'au bout ^^


Commentaires

La meilleure des polices Je te poste ici un texte de Nietzsche tiré d'Aurore et qui traite tout fait de ce sujet :

« Dans la glorification du « travail », dans les infatigables discours sur la « bénédiction du travail », je vois la même arrière pensée que dans les louanges adressées aux actes impersonnels et utiles à tous :à savoir la peur de tout ce qui est individuel. Au fond, ce qu'on sent aujourd'hui, à la vue du travail – on vise toujours sous ce nom le dur labeur du matin au soir -, qu'un tel travail constitue la meilleure des polices, qu'il tient chacun en bride et s'entend à entraver puissamment le développement de la raison, des désirs, du goût de l'indépendance. Car il consume une extraordinaire quantité de force nerveuse et la soustrait à la réflexion, à la méditation, à la rêverie, aux soucis, à l'amour et à la haine, il présente constamment à la vue un but mesquin et assure des satisfactions faciles et régulières. Ainsi une société où l'on travaille dur en permanence aura davantage de sécurité : et l'on adore aujourd'hui la sécurité comme la divinité suprême. – Et puis ! épouvante ! Le « travailleur », justement, est devenu dangereux ! Le monde fourmille d' « individus dangereux » ! Et derrière eux, le danger des dangers – l' individuum ! [...] Êtes-vous complices de la folie actuelle des nations qui ne pensent qu'à produire le plus possible et à s'enrichir le plus possible ? Votre tâche serait de leur présenter l'addition négative : quelles énormes sommes de valeur intérieure sont gaspillées pour une fin aussi extérieure ! Mais qu'est devenue votre valeur intérieure si vous ne savez plus ce que c'est que respirer librement ? si vous n'avez même pas un minimum de maîtrise de vous-même ? »

Écrit par : anonymous focuser | 28/07/2009

Répondre à ce commentaire

Je suis certainement une égarée ;-)
Non pas sur ton blog, je ne me sens pas perdue ici
mais une égarée dans la vie, ça oui !

Pas la tête à essayer de répondre à ces questions :-)
Juste l'envie de dire, même si c'est très primaire, emmerde-les tous, les méprisants, les soi-disants de milieu supérieur et autres singes.
Aimer l'art, la musique, la peinture,... n'est pas l'apanage de gens aisés et soi-disant cultivés.
En tenant compte des oeillères des autres, tu te mets en quelque sorte des oeillères à toi-même, ou des barrières.
Vis, aime l'art, sois passionné, et fous-toi du reste, ta liberté d'être vaut un million de fois le coup, non ?
Et puis, il n'est jamais trop tard pour se remettre à une passion,
encore faut-il en avoir les moyens financiers, là je pense à moi aussi :-(

Sinon, merci pour ton petit mot sur mon blog,
ça m'a fait très plaisir !
Bisous Francis :-)

Écrit par : Loo | 29/07/2009

Répondre à ce commentaire

Bonjour Francis
fait ce qu'il te plait, qd ça te plait... Sans t'occuper des gens sois-disant "supérieurs"... Supérieur de quoi? ce ne sont jamais que des êtres humains comme toi, comme moi, comme n'importe qui. Qd je vois des gens qui essaient de se prendre un air assez hautain, je me mets à rire en me disant, mais c'est qui lui... Il se prend pour qui? et comme il y en a bcp qui se prennent pour je ne sais qui...

bon w-end, @ bientôt

Écrit par : v@llou | 01/08/2009

Répondre à ce commentaire

bonsoir Francis mais non l'art n'est pas l'apanage de tel ou tel il est ouvert à tous aussi bien aux ouvriers qu' n'importe qui, c'est comme si l'art était une exclusivité pour certains, ben non, et faut pas forcément des sous nombres de musées sont gratuits chez nous je parle ici du domaine du dessin de la sculpture etc..je sais par exemple que l'art musical comme l'opéra par exemple est moins accessibles à tous mais n'empêche tout le monde peu l'apprécier, ce n'est pas réservé à l'élite !!! du tout du tout.. et fourt pour ceux qui qui pètent plus haut que ouhh.....
ravie de t'avoir relue Francis bonne soirée
bisous

Écrit par : nays | 12/08/2009

Répondre à ce commentaire

coucou francis, merci pour ton mot et pour tes souhaits ;-)
j'espère que tu vas bien?
passe un super w-end ensoleillé, bizzz

Écrit par : v@llou | 14/08/2009

Répondre à ce commentaire

découverte de votre univers ...Ne dit-on pas que le travail c'est la santé ?
Il faut rester maître de son "soi" même dans le travail. Le jour où je me sens m'abrutir...J'arrête et je change de travail.
à bientôt

Écrit par : HOPE | 26/08/2009

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.