30/03/2009

J'aime les arbres


2002-ansel_adams

~ Ansel Adams ~


C'est un mystère pour moi... Ce n'est même pas un intérêt botanique ou écologique (mais je n'ai rien contre non plus) : j'ai d'ailleurs du mal à les reconnaitre à part quelques-uns, mais plutôt je crois que cela ressemble à l'émotion que devaient ressentir les artistes symbolistes ou romantiques par exemple.

J'adore surtout les bouleaux, pas ceux des jardins mais ceux que l'on rencontre au hasard des promenades en forêt, comme je le fais souvent, à la tombée du jour, comme ce soir, au moment où l'on est plus tranquille et où l'on a plus de chance de croiser des bêtes sauvages. J'ai vu des massifs de bouleaux aux troncs blancs éclairés par le soleil couchant, il y a quelques chose de magique, une atmosphère de cinéma fantastique, j'ai du mal à expliquer ça, j'en ressens presque un sentiment religieux.

J'aime aussi les zones humides avec les saules, les peupliers et les hautes herbes, ou encore les vieux arbres plusieurs fois centenaires isolés au fond des bois comme des tilleuls ou des chênes.


Pourquoi je raconte ça ? Qui sont ceux qui me visitent ? J'ai vu récemment que j'avais eu plus de visites suites à mes propos énervés, mais peu de commentaires.

Qui êtes-vous ?




aspensdawnbeladams

~ Ansel Adams, bouleaux ~

Vous connaissez A. Adams ? Longtemps j'ai fait de la photo, ça me manque...

00:44 Écrit par Francis dans QUI SUIS-JE ? | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : photo, foret, arbres, ansel adams |

Commentaires

un point en commun! j'adore les arbres, les tordus, les déformés, les harmonieux, les gracieux... tous ont une histoire à nous raconter. j'avais pensé me lancer là dedans à une époque, la recherche (et la photo) d'arbres, parce que vivant à la campagne c'est vrai que j'ai de la matière. et puis non, je ne suis décidément pas bonne photographe et mes piètres clichés ne leur rendaient pas justice.
j'ai lu tous tes derniers posts. le moins qu'on puisse dire c'est que tu es énervé oui mais pas seulement: révolté plutôt mais contre quoi et qui? çà n'est jamais assez explicité pour qu'on puisse parler autrement que par généralités. si tu nous racontais l'objet de ta colère: untel m'a dit et fait çà alors que les faits sont ceux là... tu vois, il y auraut davatage à dire. peut être est-ce ce qui freine les visiteurs à te laisser des coms? en tous cas là je ne te donne que mon impression générale, en ayant lu depuis mon dernier passage.
je te souhaite une belle journée Francis! bises amicales!

Écrit par : mimi | 31/03/2009

Répondre à ce commentaire

Mimi, C'est dommage d'avoir laissé tomber les photos ! Je pense que ce n'est pas un sujet si facile que ça, je crois qu'il faut bien choisir le moment : je trouve qu'on a plus de chance de réussir ce genre de photos en début ou en fin de journée, et même avec un peu de brouillard, un temps orageux ou encore du soleil juste après la pluie par exemple. En plus c'est un sujet exigeant pour les détails, la netteté alors les tirages industriels ça gâche un peu le plaisir, ou encore un mauvais objectif.
En parlant de bouleaux, j'en avais fait une photo du nuit, éclairé avec une lampe de poche, j'étais fier de moi, ça donnait très bien.
Pour ce qui est d'expliquer ce qui m'énervait, je trouve que c'est déjà bien comme ça, pas envie d'en dire plus, déjà j'ai dit des choses très concrètes il me semble !
Merci de m'avoir lu ce qui précède, tu es peut-être la seule ;-)

Quand est-ce que je vais m'y remettre à la photo ???
Belle soirée Mimi, merci !

Écrit par : Francis | 31/03/2009

Répondre à ce commentaire

et moi donc c'est un réel déchirement lorsqu'on doit en abattre, j'ai pas mal de bouleaux sont superbes mais se font vieux et j'ai des craintes !!! mais la raison doit parfois l'emporter hélàs...les photos sont superbes

j'ai aussi lu Francis tes posts précédent mais je ne sais pas toujours quoi y répondre !!! je suis plutôt écoute que bavarde ici donc écriture mais ça tu l'as sûrement remarqué...
bises francis

Écrit par : nays | 01/04/2009

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.