18/03/2009

Quelle misère

 

 

 

« C'est un malheur du temps que les fous guident les aveugles. » [William Shakespeare] (Je l'adore celle-là, pas vous ?)

 

 

Désolé si ce qui suit est ésotérique ou décousu : n'ayez pas peur !

 

 

Que j’aie pu avoir une enfance DE MERDE, et une adolescence IDEM, passe encore

Que j’aie travaillé comme un malade jusqu’à que je n’en puise plus,

Jusqu’à me retrouver dans un état de stress et de fatigue qui provoque le rire des médiocres qui ne savent même pas de quoi ils rient. Je sais, je ne suis pas le seul : mais est-ce une raison ?

Et qu’après l’on me dise que je ne comprends pas ! Jamais je n’aurais du fournir ces efforts, courrir et gesticuler comme je l'ai fait, je le regrette amèrement, et si j’avais fourni moins d'effort, l’on m’aurait mieux respecté.

Me retrouver dans un état de stress jusqu’à en devenir irritable et exédé, jusqu’au rejet, passe encore.

Savoir que ces années pendant lesquelles j’ai travaillé, j’ai été payé bien en-dessous du barème (c’est une juriste spécialiste de la question qui l’a constaté), ce qui est pourtant une obligation légale ! Personnellement j'ai la chance de vivre dans un état de droit et une démocratie, pas une dictature.

A ce propos, informer sans arrière-pensée des travailleurs sur leurs droits quand ces informations sont exactes, c'est de la diffamation pour vous ?

Que, justement, je comprenais ce qu’il m’a dit que je ne comprenais pas, c’est d’ailleurs pour cela que j’ai fait tant d’effort… Toujours je regrette.

Que des plaintes n’ont pas été entendues parce que ce personnage a dit qu’elles étaient imaginaires ! Mais qu’il est confortable de se défendre d’accusation en mettant en doute la santé mentale de celui qui se plaint. Que c’est facile. Comme ça explique tout ! Mais bien sûr ! Quelle médiocrité ! Quelle malhonnêteté !!! Comme si tout était si simple. Mais qu'il est facile d’être lâche : il suffit de se laisser glisser comme sur une pente... Peut-être crois-tu que dire ce qu'on pense serait une sorte de dérèglement de l'esprit, et que l'hypocrisie serait en fait une culture et une éducation ? Et mon cul...

Que l'on soit venu me dire un jour que l'on aurait aimé que je ne reste pas sans travailler... alors que j'étais en train de travailler (authentique !!!) Ou que l'on m'aie répété que j'avais de la chance et que c'était pire ailleurs (non en fait), passe encore. Et j'en passe et des meilleures.

Que j’aie du accepter qu’un possédé me signifie en hurlant d’un ton péremptoire « que je suis un communiste » (mais où est-il aller la chercher celle-là ? Jamais je n'aurais imaginé cela !) : cela j’y pense régulièrement je dois l’avouer et cela m’amuse beaucoup. Inévitablement cela me fait penser à ça :

 


 

 

Vous noterez que quand ils disent tous en chœur « It’s a witch » (c’est une sorcière !) on dirait qu'ils n'attendent que ça pour se défouler, qu'il suffit qu'un le dise pour que tout le monde le croie, comme si une grande vérité cachée serait révélée sous leurs yeux : ne jamais penser, hein… J’aurais du filmer la scène pour en avoir la preuve, et un souvenir. Dans le malheur, on a ses plaisirs tout de même.

 

bolchevik

Vilain bolchevik le couteau entre les dents ;-)


 Que certains aient pu se poser des questions quand à mes lectures sur l’Allemagne nazie et la deuxième guerre mondiale, j’aurais aimé leur répondre qu’ils leur serait peut-être à eux aussi profitable de tenter de mieux comprendre : pourquoi certains sont-ils si mal à l’aise avec ces sujets ?

Qu’on ait pu me moquer, ironiser, me rabaisser et tout ce qu’on voudra : quand j’y repense la bassesse et la médiocrité est plutôt de leur coté, même si je n’ai pas toujours été parfait.

Qu'on se soit cru autorisé à me faire la morale sur un ton paternaliste, que des boys-scouts soient venus faire une bonne action à me faire la charité, passe encore : ceux-là sont certainement de bons chrétiens dans leur paroisse je n'en doute pas. Quoiqu'il arrive, leurs péchés leurs seront pardonnés : c'est fort commode.

 

Et il fallait faire ami-ami/cool/sympa, nous sommes tous des frères/grande famille ! Mais que tous nous étions là pour un salaire, parce qu’on en a besoin pour vivre, que le monde est ainsi fait et qu’on en parlait pas, je trouvais cela insupportable. Certains considéraient peut-être que leur salaire supérieur étaient forcément du à leur mérite voire même leur culture ou encore qu’il correspondait à des besoins supérieurs : c’est évidemment ridicule et cela démontre une compréhension très partielle du monde, qui me fait peur. Ou alors ils sont cyniques et parfaitement conscients. Plus de transparence aurait aidé à faire mieux ami-ami (ou pas) et aurait évité les fantasmes.

 

Que je me soit retrouvé pour ainsi dire sans famille à la période la plus sombre de ma vie jusqu’ici, passe encore. Ai-je jamais eu de vie de famille ? Heureusement je revis petit à petit. Merci. En plus, c'est bientôt le printemps : il y a du soleil. Désolé, lecteurs de passage pour le texte obscur que je vous propose à lire alors qu'il a fait si beau aujourd'hui. J'étais exédé, cela va beaucoup mieux maintenant.

 Pourquoi certains, quand ils sentent qu'un autre est fragilisé, se défoulent ? Ceux-là même qui face à plus fort qu'eux rampent et se courbent ?? S'ils n'en sont pas conscient ils se croient fort ou justes.

Que j’aie tenté à ma façon de me défendre des attaques de celui qui prenait ces défenses pour des attaques personelles, celui qui toujours semblait se nourrir du ressentiment que lui procure ces attaques dont ils est la cause, que voulez-vous que j’y fasse : j’ai même fait des efforts de compréhension et je me suis dépensé sans compter comme je l’ai dit plus haut. Odieux. J’ai fait ce que j’ai pu : la manière n’était probablement pas toujours la plus adéquate. Sans doute ai-je parfois été inutilement méchant, à cause de la colère.J'aurais du me laisser faire, me résigner, cet individu se prenant toujours pour une victime, une innocente oie blanche, ayant de plus justes raisons d'opprimer ? Quand on a tant souffert, on a du mal à accepter une oppression supplémentaire, et on est parfois un peu égocentrique, je dois bien l'admettre.

 

surfer
Ca c'est juste pour alléger le sujet ;-)

 

 

Mais alors… Qu’à présent l’on m’accuse d’un vol dont je ne suis pas l’auteur, et ce sans aucune preuve ni témoin, cela atteint des sommets de bassesse et de médiocrité à un point que je n’aurais pas imaginé. Je dois vous l’avouer, il me restait encore un soupçon d’empathie, de compréhension -quoiqu'il en pense- pour cet homme. C’est plus qu’odieux et à la fois, ridicule, grotesque. La nausée… Médiocrité je disais… A vous interroger sur l’utilité d’être honnête quand on naïf comme moi. Pour certains, ce n’est pas être honnête, c’est être con : et le contraire, c’est être malin, ce que j’appelle petit, médiocre… On ne s’est pas compris je crois. Me connaissant, jamais je n'aurais cru possible une telle accusation. C'est en dessous de tout.

 

Et il m’a dit : on ne m’aime pas !

Est-il possible qu’il conçoive qu’il extrêmement difficile pour quelqu’un d’être à la fois obéi, et aimé, quand il exerce un pouvoir sur les autres : que voulez-vous faire à cela ? Est-ce ma faute ?

Et que faut-il faire quand celui qui vous manque de respect n'a visiblement pas conscience de qu'il fait, et quand il se croit opprimé quand vous tentez de vous défendre tant bien que mal ? Que faut-il faire avec les cas comme ça ? Passer son chemin ? D'autres l'ont fait.

 

 

Voilà, lectrice, lecteur, j'aurais encore des choses à dire, car j'en ai sur le coeur, mais cela deviendrait trop indigeste. Quand on vous a fait du mal et qu'on vous dit que vous l'inventez, cela fait d'autant plus mal. Vous pensiez peut-être que l'auteur de ce blog est un exemple de sagesse, et vous voyez à présent comme il peut être susceptible, à ruminer et ressasser des choses qu'il a vécues ! C'est seulement qu'elles ont resurgis pour la raison grotesque dont je parle plus haut. Je ne suis pas parfait, et ce n'est pas bon pour la santé de ruminer, n'est-ce pas...

 

Commentaires

Coucou, xxxxxxxxxxx._______###########__________#############
_______##___________##_______################
____##________________##___##_____________######
___##___________________##__________________######
__##____________________#___________________######
_##____________________#___________________#######
_##____________________#___________________#######
__##____________________#_________________#######
____##___________________#______________#######
_____##_______________________________#######
_______##___________________________#######
_________##_______________________#######
___________##___________________#######
_____________##_______________#######
_______________##___________#######
_________________##______#######
___________________##__#####
_____________________##_####

je laisse rarement une trace de mon passage......mais j'apprécie ce que je lis même si parfois ça me donne mal à la tête, ayant trop "ingurgité" de phylo dans ma jeunesse ; matière avec laquelle d'ailleurs j'étais incompatible!
Moi, je suis parfaite! LOL!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Bonne soirée Francis.

Écrit par : Muriel | 18/03/2009

Répondre à ce commentaire

Muriel, Moi aussi je suis parfait en fait, on est deux mais chûûût ;-))

Écrit par : Francis | 18/03/2009

Répondre à ce commentaire

bonjour Francis que dire que dire tu fais bien de coucher ce que tu as sur le coeur, ça défoule et je souhaite que tu te sentes déjà mieux, essaye de passer à autre chose c'est pas évident quand c'est si fort..
regarde ceux que tu aimes et ne pense plus aux autres
bisous Francis
je sais c'est faible ce que j'écris mais bon...

Écrit par : nays | 19/03/2009

Répondre à ce commentaire

Nays, Non, non, ce que tu écris est très bien ;-) Merci beaucoup ! J'étais juste un peu énervé mais ça va beaucoup mieux. Je ne sais pas si ce que j'ai écrit est très clair d'ailleurs, quand on ne sait pas de quoi je parle. En tout cas celle-là je ne l'aurais pas imaginée...

Écrit par : Francis | 20/03/2009

Répondre à ce commentaire

j’ai eu de la peine en te lisant… et ben dis donc tu as dû souffert et j'ai ajouter mon poivron...Je le regrette tu ne peux savoir a quel point, je ne cesserai jamais te dire désoler Francis...

Que la paix la sérénité la joie le bonheur soit en toi pour un demain meilleur.
Bonne nuit, Bizz

Marah.

http://douceursdesfleursmarah.skynetblog.be/

Écrit par : Marah* | 10/04/2009

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.